Archives de l’auteur : Julie Charlot

ARCHIVES – ACCOMPAGNEMENT CLAP ET ENVIE D’AGIR

Reconnue comme une structure ressource en matière de cinéma / audiovisuel sur le département de Loire-Atlantique, Makiz’art mène depuis 2005 un travail d’accompagnement en direction de jeunes porteurs de projets dans ce secteur. Cette action est menée en partenariat avec deux acteurs institutionnels majeurs : La municipalité de Nantes et la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports. Cet accompagnement prend parfois la forme de stage comme celui organisé en novembre 2009 en partenariat avec le Festival des 3 continents.

Les personnes et associations soutenues :

Accès au cinéma invisible • Mathieu Noel • Julien Lefer • Vincent Guillou • Alice Bafouin • Thomas Gantier • Emilie Boccard • Benjamin Vives • Vaida Budreviciute • Benjamin Alhinc • Sébastien Castelli • Anthony Trichet-Fac métrages • Ludovic Bramoulé • Clément Beuvier • Association « A brûle pour point » • Sophie Trentesaux et Yannick Leboeuf • Romain Fianu • Richard Gérard • Emmanuel Joseph • Johanne Schatz • association « c’est la mort de l’art » • David Beautru et Dorothée Lorang « Machine machine » • Nos têtes sont plus dures que les murs des prisons • Melting Potes • association OREA • Wonderground • Mickaël Foucault • Arthur Reudet • Mal vu Mal dit • Petits contes tourmentés • Prenez le temps d’aller vite • Spell India • Mathieu Kingbo • Un pas dans la rue • Nama Keita • Belone Quartet • Colt 44 • Lisa Diaz • le Festival du désert • Mansfield Tya • Yann Romann-Grilly • Le Bal des Anciens • Allers Retours • Julien Loureau • Samuel Boche • GRSProd •le Caravanographe • Sébastien Audigier • le Caravansérail • Céline Lixon • Louis Boulloche • ATRAVES • Association Western • L’œil du Cyclone • Link • Les origines de la lutte • Les voix du silence • Julien Merlaud • Miloscz Kubock…

Les noms et titres de projet qui figurent ci-dessus regroupent la très grande majorité des personnes et initiatives que nous avons soutenues et épaulées dans leur démarche ces quatre dernières années.

Accompagnement artistique

1ères scènes est un dispositif d’accompagnement de jeunes formations musicales mis en place par la Barakason de Rezé.
Six formations, dans le registre des musiques actuelles et basées dans le département, seront sélectionnées.
Plus qu’un tremplin, le dispositif s’étale sur sept mois pour proposer un cycle complet d’initiation : deux jours de résidence, trois jours d’initiation à l’enregistrement en studio, un coup de pouce en communication et un concert à la Barakason.
Parmi les groupes précédemment accompagnés…Hocus Pocus, Dajla, Klaktonclown, Belone, Electrod : des groupes phares de la scène actuelle.

Makiz’art complète le panel des outils d’accompagnement mis en place par la Barakason, par un soutien technique accordé au groupe mettant en place un dispositif vidéo sur scène et pour prévoir une captation puis un montage de certains des morceaux joués par les groupes lors du concert de clôture afin que ce support leur serve d’outil de communication.
-Période : décembre 2009 à mars 2010.
-Public concerné : 6 groupes émergeants basés sur le département.

Lycée de L’Erdre

Dans le cadre du dispositif Les Jeunes ont du Talent du Conseil Régional des Pays de la Loire, Makiz’Art, accompagnée de l’équipe pédagogique, propose depuis de nombreuses années a deux classes de terminales du Lycée de l’Erdre 7 séances de 2h30 pour réaliser des courts-métrages sur IPAD (écriture, tournage, montage).
Remplir son assiette – Lycée de l’Erdre – 2021
Ne restez pas dans le silence – Lycée de l’Erdre – 2021
Le Silence de trop – Lycée de l’Erdre – 2021
Chacun son style – Lycée de l’Erdre – 2021

COLLEGE AU CINEMA 2020-21

Collège au cinéma propose aux élèves, de la classe de 6ème à la 3ème de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma au rythme d’une projection par trimestre. Grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignant.e.s et les partenaires culturel.le.s, les élèves se constituent les fondements d’une culture cinématographique.

Pour les classes inscrites aux séances du dispositif collège au cinéma et souhaitant approfondir un aspect particulier du cinéma, le Département de Loire-Atlantique propose des ateliers encadrés par des professionnels qui abordent aussi bien l’analyse de films que la pratique des techniques cinématographiques.

C’est dans ce cadre, qu’Alain Brasseur a proposé deux parcours possibles :

  • La découverte du cinéma d’animation
  • Le son pour le cinéma d’animation

LA FABRIQUE ARTISTIQUE

La fabrique artistique est une proposition de création audiovisuelle collective, destinées à toutes les tranches d’ages de la populations du quartier Malakoff, un quartier prioritaire de Nantes, en trois volets distincts mais complémentaires.

« la fabrique documentaire» s’adressent aux jeunes et jeunes adultes. Nous proposons aux participants de se questionner sur « comment écrire et réaliser un documentaire » et quels choix faire : documentaires de créations, grands reportages à la manière journalistique, questions de la mise en scène, docu-fiction, docu-animation, question du « je », c’est-à-dire de la place du réalisateur dans le film, etc. Chaque participant est invité à faire, seul ou en petit groupe, un court-métrage documentaire (entre 5 et 10 min) à partir d’une « figure », d’une personne de son (commerçants, artisans, directeurs d’école, membres de sa famille…) afin de s’interroger sur les histoires singulières qui les entourent dans leur quotidien, dans leur espace
géographique. A partir de ces questionnements s’élaborent les scénaris, puis viennent les étapes de tournage et de montage. Les techniques abordées seront multiples, en fonction des envies des participants : stop motion, vidéo, documentaire, fiction, enregistrements sonores…
PUBLIC : adolescents et jeunes adultes entre 16 et 25 ans, habitants du quartier Malakoff hors temps scolaires ; adolescents entre 10 et 14 ans sur temps scolaire, du collège public du quartier Malakoff.
Cet atelier est soutenu en partie par le dispositif Passeurs d’Images 2020 (projet amorcé en 2020 et reporté en 2021)

« La fabrique des imaginaires» est destinées aux plus petits.
Création de contes en film d’animations, autour de la thématiques du quartier imaginaire, du quartier onirique, du basculement réalité/rêves.
PUBLIC : enfants entre 5 et 12 ans, habitants du quartier Malakoff, temps scolaire et extra-scolaire. (ATELIER 2022)

«la fabrique des souvenirs» pour les plus âgées.
Recueil de paroles / créations sonores et photographiques
PUBLIC : adultes et seniors habitants du quartier Malakoff (ATELIER 2023)

Des cinés, la vie

Initiée en 2006, Des cinés, la vie ! (DCLV) est aujourd’hui une opération nationale reconnue et à succès croissant auprès des jeunes accompagné·es par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) et le secteur associatif habilité, les classes relais et les dispositifs de prévention spécialisée. Organisée par l’association Passeurs d’images depuis 2018 et financée au niveau national par le Centre national du cinéma et de l’image animée, le ministère de la Justice – Direction de la protection judiciaire de la jeunesse et le ministère de la Culture – Service de la coordination des politiques culturelles et de l’innovation, elle fait partie du catalogue des manifestations nationales de la PJJ et dans ce cadre, son portage est confié à la Direction Interrégionale de la PJJ en Ile-de-France et outre-mer.

Un réseau qui se déploie sur les territoires

Les conseiller·ères techniques de la PJJ gèrent l’organisation pratique de l’action au niveau régional. Ils·elles gèrent les partenariats entre les structures et les relais culturels ainsi que le suivi des inscriptions et de l’évaluation. Les conseiller·ères en charge des dossiers « culture/justice » et/ou « cinéma/audiovisuel » dans les DRAC (Direction régionale des affaires culturels) facilitent, par leur expertise territoriale, la bonne mise en oeuvre de l’opération. Les coordinations régionales Passeurs d’images sont des interlocutrices privilégiées pour l’accompagnement de DCLV et organisent des formations, des séances de projection, des projets pédagogiques annexes incluant des rencontres avec des réalisateur·trices ou des ateliers de pratique. Les relais DCLV sont des structures culturelles (cinémas, médiathèques, associations) dont le partenariat avec les référent·es et les structures de la PJJ vise à organiser des projections pour les jeunes et à favoriser les rencontres avec des professionnel·les de l’image. Les professionel·les des services éducatifs de la PJJ référents organisent les projections des films, accompagnent les débats et activités, rassemblent les votes des jeunes, encadrent la participation à la remise de prix et établissent la fiche d’évaluation.

Des professionnel·les de l’image et des artistes accompagnent les jeunes dans la découverte des films et dans des activités de pratique artistique et culturelle., c’est à ce niveau qu’intervient Makiz’art.

EN 2021 Makiz’art a organisé 3 séances de projection-débat et 1 séance de formation pour les éducateurs de la PJJ Loire-Atlantique
Le programme était constitué de 12 courts-métrages de type art et essai, représentatifs des nombreuses « techniques » de cinéma (documentaire, fiction, animation, expérimental…). Les séances se sont exceptionnellement déroulées dans la salle polyvalente du CSC Bellevue-Accoord en présence d’un professionnel du cinéma.

Au terme des 3 séances, et après débat, les jeunes votent pour leurs films préférés. Un prix est décerné chaque année à la Cinémathèque pour le film ayant reçu le plus de suffrages. En janvier, une journée de formation a été proposée aux éducateurs des structures de la PJJ. L’objectif est de faire découvrir l’opération
Des Cinés la Vie à un plus grand nombre de structures du département, en présentant aux éducateurs le dispositif et les films sélectionnés lors d’une séance rencontre, et d’aborder avec eux la manière de sensibiliser les jeunes à l’opération et aux films sélectionnés.

Tout ce qui n’a pas de fin mérite révolution

film collectif – 2016 – 17 min

Dans un monde post-apocalyptique, les retrouvailles d’un père et de son fils vont être perturbées par une rencontre inattendue.

Faire un film avec plein de monde sans hiérarchie, est-ce possible ?

C’est ce que nous avons tenté d’expérimenter dans notre collectif. On tire au sort qui réalise quelle séquence, le scénario passe de mains en mains, façon cadavre exquis. On demande à membre du collectif de mettre la main à la pâte avec ses compétences techniques pour créer une image, un cadre, une lumière, un décor. Puis on se réunit un week-end et on tourne. En fin de parcours on monte, on démonte et on remonte, jusqu’à ce qu’on ait notre film.

CinéMahdia

Le projet « CinéMahdia » a vu le jour suite à une mission effectuée en Tunisie en Juin 2014 pour le Conseil Général de la Loire Atlantique. Dans le cadre de la coopération décentralisée, un projet de coopération internationale lie le Département avec le gouvernorat de Mahdia en Tunisie depuis 1992.

Entre 2014 et 2019, nous avons effectué 5 sessions d’ateliers d’éducation à l’image pour des élèves du secondaires et de formations techniques, pédagogiques et artistiques auprès de futurs intervenants tunisiens.

Ces expériences nous ont permis de mieux appréhender les problématiques liées au territoire et d’en cerner les besoins, guidés par l’expertise de nos partenaires locaux. En juillet 2019, deux intervenants se sont rendus 15 jours sur la ville de Mahdia pour accompagner les clubs de citoyenneté du Collège Lumbroso et du Lycée Mixte dans la réalisation des courts-métrages de fiction. L’action a été co construite avec les associations Pensées Nationales Libres et le Sociordi. Durant ce séjour, nous avons également commencé à amorcer un projet collectif entre les membres de Makiz’Art, de Pensées Nationales Libres et de Sociordi.

Nous projetons d’écrire et de réaliser un film documentaire collectif portant sur la jeunesse post-révolutionnaire mahdoise à travers des portraits croisés. Les protagonistes de ce film ont été choisis lors du voyage de juillet 2019. Il s’agit pour l’instant d’écrire le scénario à distance, mais nous souhaitons organiser un nouveau temps de travail à Mahdia, pour la finalisation de l’écriture et du repérage (voyage initialement prévu en 2020).