Education à l’image

Fidèle à son ambition de mêler création cinématographique et actions culturelles, Makiz’art s’investit depuis plusieurs années dans le champ de l’éducation à l’image.

L’action de Makiz’art en matière de sensibilisation au cinéma s’articule principalement autour d’ateliers de pratique artistique, cinéma et audiovisuel, sous la forme de stages courts et d’ateliers annuels de co-réalisation.

Au centre de notre démarche, l’éducation à l’image par le FAIRE. Partir du principe que construire une image, un cadre, c’est déjà mettre en scène une intention ; qu’apprendre à produire une image c’est se doter de clefs de compréhension produites ailleurs, par d’autres. C’est se doter d’outils d’analyse et de lecture des enjeux qui s’inscrivent derrière chaque image.

Démarche éducative

Le contenu des stages d’initiation est à chaque fois le fruit du travail de collaboration entre notre association et les structures partenaires. Les approches, les techniques et les thématiques peuvent ainsi varier en fonction des spécificités du projet et des publics.

Nous avons mené jusqu’à présent de nombreux ateliers débouchant à chaque fois sur la réalisation de films qu’il s’agisse de films d’animation, de fictions ou de documentaires. En cela, l’investissement artistique des intervenants, en réponse à la nature des publics et des territoires d’action, est déterminant.

Nos principaux partenaires sur ces actions sont le dispositif Passeurs d’images coordonné en région par l’association Premiers Plans (actions en centres socioculturels), l’association Stereolux-Songo et le réseau SCALA (actions en milieu scolaire), le Festival des Trois Continents et le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Nantes (SPIP).

Toujours ouvert à de nouvelles propositions, nous travaillons avec des structures aussi diverses que des établissements scolaires ou universitaires, des centres de loisirs, des établissements à vocation sociale ou des établissements culturels.

Nous développons également de nouvelles formes de médiation notamment plus particulièrement axées vers la diffusion. Ces séances rencontres qui mettent en relation professionnels du cinéma et oeuvres cinématographiques peuvent prendre la forme de débats comme après la projection d’un film au Centre de Détention dans le cadre du Festival des Trois Continents, d’ateliers de programmation dans le cadre du dispositif Passeurs d’images ou encore de séances éducatives dans le cadre du dispositif « Des Cinés la vie ».

Objectifs pédagogiques généraux :

• Responsabiliser le groupe autour d’un projet cinématographique dont ils seront à l’origine.

• Donner au public les clés qui permettent d’aller d’une idée à sa réalisation, en apportant soutien et encadrement technique et artistique.

• Faire découvrir œuvres et métiers du cinéma.

• Amener les inscrits vers une compréhension de la chaîne de production d’un projet cinématographique, des différentes étapes qui le jalonnent.

• Sensibiliser et développer l’autonomie des inscrits face à un médium, à des outils dont l’usage s’intensifie de nos jours.

• Apporter des connaissances théoriques et techniques au public et lui offrir les conditions matérielles d’application de ces connaissances via des ateliers de pratique.

• Donner des clés de lecture et de fabrication de l’image.

• Questionner, au fil des ateliers, les inscrits sur leur propre pratique de l’image (consommation, création…).